LE «DIALOGUE SOCIAL» EST UNE FARCECONTRE LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT
UNISSONS NOS FORCES ET NOS LUTTES

tract-TCR-juillet-2014.jpg

Tract en version pdf

pf-button-bothTract_NPA_TCR_2014_07_03.pdf

Les 7 et 8 juillet prochains se tiendra une nouvelle « conférence sociale ». Ce grand raout, mis en place par le gouvernement Hollande depuis son arrivée au pouvoir, réunit chaque année les représentants des organisations
patronales, les organisations syndicales et le gouvernement pour soi-disant « dialoguer ».
Mais, pour sa 3ème édition, plus personne n’est dupe. Ce gouvernement est bien loin de l’image qu’il a voulu se donner d’un gouvernement à l’écoute de la souffrance et des revendications du monde du travail. La seule voix qu’il est capable d’entendre, c’est celle du patronat.
Hollande gouverne pour le Medef
Dans la même lignée que Sarkozy, son prédécesseur, Hollande a multiplié les attaques contre les salariés (réforme des retraites, ANI, réforme des rythmes scolaires, réforme ferroviaire, la réforme de l’Unedic contre les droits des chômeurs des précaires et des intermittents…) tandis qu’il accordait des cadeaux toujours plus faramineux au patronat par des exonérations de cotisations. Le Pacte de responsabilité n’est que la dernière trouvaille de Hollande. Ce pacte va de nouveau exonérer les patrons de 30 milliards d’euros de cotisations sociales qui seront compensés par un super plan
d’austérité de 50 milliards d’économie sur la dépense publique, notamment la santé.
On ne peut pas dire que ce gouvernement qui prône le dialogue social se soit montré très à l’écoute des salariés qui ont osé se mobiliser pour tenter de stopper les attaques contre nos droits. Face aux 80% des enseignants qui étaient contre la réforme des rythmes scolaires, la seule réponse du gouvernement a été de l’appliquer à marche forcée. Face aux cheminots qui ont fait plus de 10 jours de grève reconductible contre la réforme du ferroviaire, la seule réponse du gouvernement a été des injonctions à faire cesser la grève ! Sans parle des milliers de salariés qui se sont mobilisés
depuis 3 ans contre des licenciements ou des suppressions de postes, dans les entreprises privées comme dans le public, et qui se disaient peut-être que les milliards d’euros distribués au patronat auraient dû servir à maintenir des
emplois. Mais même ce geste-là, le gouvernement ne l’a pas fait !
Non au marché de dupes
Alors tout le monde sait que cette « conférence sociale » n’est qu’une mascarade qui sert à faire passer les attaques plus facilement en faisant semblant d’y associer les organisations syndicales. Dans cette situation, la seule attitude
que devraient adopter les organisations représentant les salariés devrait être de boycotter cette conférence. Il n’y a pas de compromis possible entre nos intérêts et ceux du patronat. Eux veulent augmenter leurs profits et leur seule solution est de s’attaquer à nos droits, de baisser nos salaires, d’augmenter notre temps de travail et notre charge de travail ... La
seule manière de les en empêcher est de construire des mobilisations, des grèves capables d’imposer un rapport de forces. C’est ce à quoi devraient s’atteler les organisations syndicales au lieu de cautionner de nouveau ce pseudo dialogue social.
Faire converger toutes les luttes A l’image des liens qui ont pu se tisser entre les différents secteurs mobilisés (intermittents, postiers, cheminots…), nous devrions chercher à faire converger l’ensemble des contestations
qui existent. C’est bien cela que peut craindre le gouvernement et le patronat : la coagulation des colères et des luttes qui, par leur force, pourraient remettre en cause leurs intérêts.


LE BLOG DU SECTEUR AUTOMOBILE DU NPA
www.npa-auto-critique.org
Avec tracts, actus, infos, le site est essentiel à l’échange d’informations sur
l’actualité des luttes dans notre secte

Retour à l'accueil