NE PAYONS PAS LEUR DETTE ! PRENONS LE CONTROLE DES BANQUES !

tract-NPA-Poissy-6oct2011.jpgAprès la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie … à qui le tour ?

La chute constante des places boursières et le risque d’une récession généralisée sont la manifestation la plus spectaculaire de l’accélération de la crise. Capitalistes, banquiers et spéculateurs ont refilé la patate chaude de leur crise, de leur faillite, de leur dette, aux états qui ont maintenant la charge de la refiler aux classes populaires.

Pour les états, dirigés par la droite ou la gauche socialiste, tout doit être fait pour sauver les marchés et donc payer la dette rubis sur ongle.

Même si côté PS, on affirme ne pas se plier à la règle d’or, l’annonce des principaux prétendants à l’alternance présidentielle de revenir à un déficit de 3% en 2013 répond exactement aux mêmes préoccupations que Sarkozy.

Sans volonté farouche de faire payer les riches, le résultat ne fait aucun doute : c’est à coup sûr la super austérité contre les services publics et la classe populaire comme le font dès aujourd’hui les gouvernements socialistes de Grèce et d’Espagne.

Tout miser sur un bon résultat électoral : une impasse

Côté « Front de Gauche », abolir les privilèges et le pouvoir de la nouvelle aristocratie financière demandera bien plus que la nationalisation de quelques banques associées à la « Révolution citoyenne » par les urnes de Mélenchon.

Ce projet passe par une forme d’alliance avec le PS dont les 3 candidats possibles se réjouissent déjà des « convergences » et du « rassemblement », dont Mélenchon se félicite par avance. ....

Lire la suite du tract

pdf Tract_NPA_PSA_Poissy__du_6-10-11.pdf

Retour à l'accueil