avatar-blog-1086511024-tmpphpzns6WL[1]La première grève générale depuis 1988 au Portugal, à l'appel de la CGTP et de l'UGT, est massivement suivie et paralyse de nombreux secteurs de la vie économique, qu'il s'agisse des transports, de l'éducation, de la santé ou de l'automobile.

Le NPA apporte son chaleureux soutien aux travailleurs portugais qui se dressent contre les plans d'austérité élaborés par le gouvernement socialiste de José Socrates, avec la complicité des partis de droite.

Comme dans d'autres pays de l'Union européenne, ce sont les salariés, la population qui doivent faire les frais de la crise du système capitaliste.  Comme en Grèce ou en Irlande, le plan d'austérité est particulièrement violent.

Le gouvernement portugais cède aux exigences des marchés financiers, des agences de notation internationale. L'addition est salée : baisse des salaires des fonctionnnaires et des prestations sociales, gel de pensions, augmentation de la TVA de 2 points, à 23%, ainsi que des impôts.
Le gouvernement de J. Socrates veut faire payer la crise aux salariés, c'est évident.

Le chômage et la précarité, qui explosent, frappent déjà durement la population. Ce plan d'austérité ne pourra que jeter un peu plus les travailleurs et leurs familles dans la misère.

La grève du 24 novembre n'est pas la première mobilisation au Portugal. Il faut qu' à l'échelle de toute l'Europe, les résistances se coordonnent face aux politiques libérales mortifères qui veulent    faire payer la crise aux salariés et ramener leurs droits sociaux plusieurs dizaines d'années en arrière.

Le 24 novembre 2010.

http://www.npa2009.org/content

Retour à l'accueil